Gérer la colère en 5 étapes lorsque vous manquez de sommeil

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Nous savons qu'il existe un lien étroit entre le manque de sommeil et les émotions telles que la colère et le ressentiment. En effet, il existe de nombreuses études qui démontrent le lien entre le manque de sommeil et les sentiments négatifs.

 

Comment mieux gérer votre colère lorsque vous manquez de sommeil ?

 

Trop peu de sommeil provoque la fatigue de l'esprit et du corps. Cela pourrait vous rendre facilement impatient. En conséquence, il devient plus difficile et frustrant pour vous d'accomplir vos tâches quotidiennes. De ce fait, vous avez alors parfois tendance à réagir de manière agressive. A ce propos, même une seule nuit sans sommeil peut entraîner des problèmes de colère.

Une bonne nuit de sommeil est donc essentielle à la gestion de la colère, et je ne saurais trop insister sur le fait que la première chose à faire pour améliorer votre humeur est d’être bien reposé.

Cependant, beaucoup d'entre vous tournez et retournez pendant la nuit et avez donc du mal à dormir. Surtout si vous souffrez d'insomnie chronique, passer une bonne nuit de sommeil semble être un objectif inatteignable.

 

venir à bout de la colère remede insomnie

 

Pourquoi la colère est normale et même nécessaire

 

Avant d'entrer dans les détails, je voudrais d'abord préciser que la colère en elle-même n'est pas une "mauvaise" chose. Il n’y a pas d’être humain sur terre qui n’éprouve pas de colère de temps en temps. C'est un acte très normale qui fait partie des émotions humaines.

Pourtant, vous luttez souvent avec des pensées qui vous disent qu’il n’est pas bon de ressentir de la colère. Cette lutte interne peut alors souvent être plus épuisante que les sentiments de colère eux-mêmes !

Cependant, il est également vrai que pour certains d'entre vous, la colère consume. Les sentiments de colère deviennent particulièrement problématiques lorsque les conséquences de votre colère deviennent si destructrices qu'elles endommagent votre vie et la vie de ceux qui vous entourent. Dans ce cas, il est essentiel de trouver des moyens efficaces et durables de gérer la colère.

 

Pourquoi nous fâchons-nous ?

 

Lorsque vous regardez autour de vous et que vous considérez tous les dommages qui ont été causés tout au long de l'histoire à cause de la colère, vous vous demandez peut-être pourquoi nous avons évolué pour vivre cette émotion en premier lieu.

Et en effet, l'histoire indique que la colère est considérée comme un avantage dans la lutte pour la survie. De ce point de vue, vous pouvez voir à quel point la colère peut être utile et constitue une réponse émotionnelle parfaitement appropriée à des situations qui constituent une menace ou un danger réel.

 

Prenons un exemple

 

Imaginez que vous étiez l'un de vos tout premiers ancêtres qui a attrapé un membre d'une tribu ennemie en train de voler de la nourriture dans votre camp. D'autant plus que ce vol mettait la survie de votre tribu en péril. Ne réagiriez-vous pas par de la colère dans cette situation ?

De ce point de vue, il est logique que certaines situations à risque évoquent une réaction similaire en nous aujourd'hui. Bien que la plupart d'entre vous soyez rarement confrontés à des conditions extrêmes, cet exemple montre comment la colère fonctionne encore.

 

Votre colère contient des informations importantes

 

Le sentiment de colère peut être très utile en tant que source d’information car il intervient en tant qu'instinct primaire. Pensez à la dernière fois où vous étiez vraiment en colère. Permettez à la mémoire de se construire dans votre esprit et permettez aux pensées et aux sentiments qui y sont associés d'émerger. Prenez quelques respirations profondes. Remarquez simplement les pensées et les sentiments présents et résistez à l'envie de les juger. Demandez-vous :

  • Lesquelles de mes valeurs ont été menacées en ce moment ?
  • Laquelle de mes valeurs ma colère essayait-elle de défendre ?
  • Était-ce une valeur liée à la justice ou à la liberté ?
  • Ou était-ce une valeur liée à la connexion, à la confiance ou au respect ?

En vous posant ces questions, vous pouvez voir qu'il y a des informations intéressantes que vous pouvez utiliser pour prendre des décisions conscientes et agir efficacement.

 

Quand la colère devient un problème

 

Parfois, cependant, vous réagissez aux pensées et aux sentiments d'une manière incroyablement rigide et inutile. Vous passez en pilote automatique, suivant aveuglément votre envie de la laisser sortir.

Lorsque cela se produit, cela peut même créer de la rage. Une conséquence à cela pourrait être que vous commencez à vous isoler des autres. Cela causant d'énormes dommages à vous-mêmes et aux autres.

 

Une nouvelle approche pour gérer la colère

 

 colère en 5 étapes lorsque vous manquez de sommeil

 

Il peut être si difficile pour vous de répondre efficacement à celle ci parce qu'elle semble si puissante que vous pouvez rapidement perdre le contrôle. Pour éviter cette perte de contrôle, il est utile de ralentir un peu tout le processus et même de l’aborder avec ouverture et curiosité. Posez vous pour savoir exactement ce qui se passe.

 

Étape 1 : le déclenchement

 

Le déclencheur de votre colère peut être soit :

  • un événement externe comme quelqu'un fait ou dit quelque chose que vous n'approuvez pas
  • ou cela peut être quelque chose à l'intérieur de vous, comme une pensée aléatoire qui vous vient soudainement à l'esprit
  • quelque chose d'important auquel vous devez réellement faire face

Étape 2 : les pensées de colère

 

Les pensées de colère ont souvent une qualité unique parce qu'elles ont tendance à porter des jugements. C'est-à-dire du :

  • bien ou mal,
  • bon ou mauvais,
  • juste ou injuste.

Il est également important de noter que les pensées ont souvent une "qualité de victime". Vous vous considérez avant tout comme la victime. En conséquence, il peut y avoir beaucoup de blâme et d'accusation. Parfois, un scénario de catastrophe est évoqué dans vos esprits, ce qui n'a plus rien à voir avec la réalité.

Cependant, vous devez garder à l'esprit que ces pensées sont tout à fait normales. L’important, c’est la manière dont vous les gérez. Lorsque vous vous attachez trop à elles, vous éprouvez généralement des sentiments intenses de rage.

 

Étape 3 : les sentiments de colère

 

Quel qu'elle soit,  celle ci reste individuelle. Il existe cependant des points communs dans les symptômes physiques :

  • un rythme cardiaque rapide,
  • une respiration rapide et superficielle,
  • la tension musculaire,
  • sensation de chaleur et de rougeur,
  • et peut-être même des tremblements.

Encore une fois, ces symptômes physiques sont absolument normaux car ils sont la réponse automatique de "combat ou fuite" de votre corps qui vous prépare à faire face à une menace.

 

Étape 4  : la colère pousse

 

Lorsque vous surfez sur la crête d'une vague de colère, vous pouvez avoir l'impression que cela ne s'arrêtera jamais à moins que vous ne fassiez quelque chose immédiatement. Une fois que vous vous engagez dans certaines des pensées qui accompagnent et alimentent souvent ce processus, vous pouvez vous retrouver presque inconsciemment à chercher dans vos souvenirs la façon dont vous avez réussi à vous en débarrasser dans le passé.

 

Étape 5 : les comportements de colère

 

Il arrive un moment où vous cédez à l'envie d'agir et laissez la colère qui s'est accumulée en vous éclater. Parfois, cela prend la forme d'une véritable explosion de rage, avec des cris, des claquements de portes, peut-être même des explosions de violence.

Mais il peut aussi s'exprimer plus subtilement, comme des mots blessants, des injures, un silence méprisant ou un retrait émotionnel.

Parfois, votre comportement peut ressembler davantage à une implosion, se déroulant entièrement en interne. Vous serrez les dents et essayez de l'avaler.

 

Zoom sur l'ensemble des 5 étapes

 

L'ensemble de ce processus se produit généralement si rapidement que vous pourriez penser que le passage de l'étape de déclenchement à l'étape 5 se produit individuellement. Cependant, généralement, vous passez par toutes les étapes du processus sans même vous en rendre compte.

Et c'est précisément là, la clé pour mieux gérer votre colère. Essayez de ralentir le processus pour avoir une idée de ce qui se passe. De cette façon, vous créez un petit espace temps qui vous permet de prendre le contrôle de vos pulsions.